retour Index  
 

   Lieu d’exposition et d’expérimentation dans le champ de l’art contemporain entre avril 1990 (date de sa création) et juin 2004, la galerie Jorge Alyskewycz ouvrira à nouveau ses portes courrant 2017.

Pendant ses quatorze années d’existence, grâce à ses choix précurseurs et à sa programmation singulière, elle a joué un rôle important en tant que premier maillon de la chaîne de légitimation des artistes contemporains, acquérant une certaine notoriété dans le monde de l'art et plus particulièrement auprès de certaines institutions culturelles.

Ainsi, l’œuvre de Jorge Macchi "32 morceaux d’eau" exposée à la galerie en 1994 fait actuellement partie de la collection du Musée d’Art Moderne de New York.

De même, Ruth Noack et Roger Buergel (curateurs de la "Documenta XII" à Kassel, en Allemagne) ont découvert l'œuvre d’Alejandra Riera lors de son exposition personnelle à la galerie, en juin 1996. Par la suite, Alejandra Riera a participé aux "Documenta XI" et "XII" en 2002 et 2007 respectivement.

Andreï Erofeev est venu en 1995 sélectionner des œuvres de Mikhaïl Roginsky pour l’exposition d’art non-conformiste russe co-organisée avec Jean-Hubert Martin à la Documenta-Halle de Kassel, ainsi que pour la Biennale de Kwanngju en Corée du Sud. Des œuvres de Mikhaïl Roginsky ont ensuite figuré dans la prestigieuse exposition « Russia » aux Musées Guggenheim de New York en 2005 et de Bilbao en 2006 ainsi que dans l’exposition « Warhol et le pop art russe » en 2005 à Moscou.

Les projets "Zone de gratuité" et "Syndicat Potentiel", élaborés conjointement par le collectif Bureau d’études, l’artiste Alejandra Riera et Jorge Alyskewycz, ont fait partie de l’exposition "ZAC99" (Zone d’Activation Collective) qui a eu lieu en octobre 1999 au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. Présence légitime, la galerie a toujours œuvré pour que son espace soit une zone d’activation collective.